Bribe de journal – 29 mars 2020

L’air est lourd d’une sourde impermanence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *