Banc public

Comme tous les matins depuis toujours, la vieille dame s’installa sur le banc public, à côté d’un aveugle qui lançait des miettes de pain aux pigeons. Ses aiguilles à tricoter sur les cuisses, elle regardait les passants, les coureurs, les promeneurs, les maîtres avec leur chien, les parents avec leur poussette… Tous et toutes marchaient, parlaient, couraient. Les heures passaient dans le silence venteux du début d’automne.

— Ils ne s’arrêtent jamais ? finit par demander la vieille dame sans cesser de tricoter de ses mains noueuses.

L’aveugle secoua doucement la tête.

— Jamais. Que voulez-vous, ils sont vivants.

(Writober jour 5)
(52 micronouvelles en 2018 – 24/52 – série : microfables)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *