Le mystère de la chambre close

— Par ici, inspectrice.

L’enquêtrice suivit l’agent à travers le jardin, entra dans la propriété de la victime et monta les escaliers vers les lieux du crime. Tout autour, les équipes sécurisaient la scène, prenaient des photos et prélevaient des pièces à conviction.

— La victime a été retrouvée dans sa chambre, vous me dites ?

L’agent s’arrêta devant l’épaisse porte en bois de la chambre familiale.

— Ici même. La porte était verrouillée de l’intérieur lorsque nous sommes arrivés. Pareil pour les fenêtres. De toute façon, elles sont trop hautes pour sauter d’ici, et il n’y a rien pour escalader le mur.

— Je suppose que vous n’avez retrouvé aucune trace au pied des fenêtres, dans le jardin ?

— Aucune. Le parterre de fleurs est intact.

L’inspectrice regarda alentours. Mis à part la tache de sang sur le tapis au pied du lit, et le corps raide de la victime en robe de chambre, la pièce était impeccable. Les meubles en bois massif s’ornaient de bibelots de goût. Aucun n’avait été déplacé ou volé, à en juger la fine couche de poussière qu’elle trouva en passant le doigt sur la commode en ébène. Rien n’avait été fouillé dans les tiroirs ou les placards. La serrure de l’unique porte d’entrée n’avait pas été forcée. Idem pour les fenêtres. L’enquêtrice considéra le sabre de collection planté dans le dos de la victime. Pas un suicide non plus.

Elle secoua la tête. Elle commençait la semaine sur un mystère de chambre close. Une victime, une pièce fermée à clef, et pas de tueur à l’intérieur. Puis elle fronça les sourcils et se dirigea vers la bibliothèque en chêne qui ornait tout un pan de mur en face du lit parental. Elle passa la pointe de son escarpin le long d’une griffure en demi-cercle, et esquissa un sourire.

Deux minutes plus tard, deux agents tiraient la bibliothèque tandis que l’inspectrice tenait une femme en joue. Cachée dans un réduit dissimulé derrière la bibliothèque et rempli d’objets pour jeux intimes en tout genre, elle portait une robe de chambre maculée de sang. Et elle tenait une photographie de la victime embrassant une jeune femme blonde dans l’autre.

L’après-midi même, l’inspectrice bouclait son rapport, et le mystère de la chambre close fut classé quelques jours plus tard.

(52 micronouvelles en 2018 – 11/52 – série : crimes foirés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *